Fermer
pour faire une recherche, entrer au moins un mot
haut de page

Symposium de Culture et de Littérature, 9ème édition

La 9ème édition du Symposium de Culture et de Littérature du Lycée Sainte Pulchérie sur le thème "Littérature et Psychologie" s’est déroulée le samedi 12 mai en présence d’auteurs renommés, d’enseignants, d’élèves du lycée et des fans de la littérature.

Quelle est la relation entre la psychologie qui étudie la structure psychique de l’être humain et les œuvres littéraires dont le sujet et le créateur sont l’être humain ? Quelles sont les différences que présentent les caractères d’un roman suivant les courants littéraires et les époques ? Quelle est la psychologie de la période de création dans la littérature ? Telles étaient les questions auxquelles nous avons essayé de répondre.

Des personnalités renommées de la littérature nous ont fait l’honneur de participer à notre symposium et d’échanger leurs opinions avec le public : Le professeur Dr. Hasan Bülent Kahraman, écrivain et critique d’art, Kaan Arslanoğlu, psychiatre et auteur, Demir Özlü, auteur, Doç. Dr. Murat Gülsoy,académicien et auteur et Bilgesu Erenus, auteur, poète et scénariste.

Dans son discours d’ouverture, le directeur du lycée Sainte Pulchérie M. Pierre Gentric s’est exprimé ainsi :


Kundera, dans ses œuvres, livre sa propre conception du personnage : « Le personnage n’est pas une simulation d’un être vivant. C’est un être imaginaire. Un ego expérimental. Le roman renoue ainsi avec ses commencements. Don Quichotte est quasi impensable comme être vivant. Pourtant, dans notre mémoire, quel personnage est plus vivant que lui ?

Démiurge, le romancier est attentif à la vraisemblance du monde qu’il a créé. Ainsi Balzac souhaitait « faire concurrence à l’état-civi ». Balzac veut dresser un tableau anthropologique de la société de son temps avec La Comédie Humaine. Il se moque de Chateaubriand en disant « Mange-t-on dans René ? », ironisant ainsi sur des personnages « vaporeux » alors que lui veut créer « des personnages de chair ». Dans cette entreprise de « mimèsis » du réel, un personnage existe par des indices explicites qui créent un nom, un caractère et aussi une psychologie. La démarche de Proust dans « La recherche du Temps perdu » est différente, ce à quoi il s’intéresse ce n’est point la description de la réalité ou la représentation du monde réel comme Zola ou comme Balzac, mais la psychologie dans le temps, une sensation vécue aussi bien dans le passé que dans le présent. C’est cette psychologie dans le temps qui constitue l’originalité de Proust.

Le genre du roman psychologique existe-t-il vraiment ou n’est-ce qu’une notion ?
Le personnage romanesque s’inscrit dans un genre étroitement lié à l’évolution des sociétés, notamment à leur évolution économique. Le critique littéraire Lucien Goldmann écrit dans « Pour une sociologie du roman » : »La forme romanesque est la transposition sur le plan littéraire de la vie quotidienne dans la société individualiste ».

Nous remercions tous les participants. Vous pouvez découvrir les photos prises durant le symposium ci-dessous.

en savoir+
X