Fermer
pour faire une recherche, entrer au moins un mot
haut de page

"Unutmamak gerek: Zor olsa da su yolunu buluyor."

En direct des facs: Ayşe étudiante en psychologie à Rennes et Strasbourg

Notre diplômée de 2016, Ayşe Birim a terminé sa licence de psychologie à Bordeaux l'année dernière. Aujourd'hui, Ayşe se spécialise sur l'adolescence à Rennes et de Strasbourg.

Notre diplômée de 2016, Ayşe Birim a terminé sa licence de psychologie à Bordeaux l'année dernière. Aujourd'hui, Ayşe se spécialise sur l'adolescence à Rennes et de Strasbourg.

Pourrais-tu nous parler un peu de la formation que tu suis actuellement ?

C’est un programme de diplôme payé pour les professionnels. Il n’y a pas d’équivalent en Turquie. La formation se déroule sur des conférences et dure un an, et à la fin vous rédigez un mémoire. Mon sujet est : « du bébé à l’adolescence développement normal et pathologique » à Rennes et « TDH Troubles de déficit et de l’attention à tous les âges de la vie » à Strasbourg.

 

Pourquoi as-tu choisi cette formation ?

Après avoir étudié la psychologie pendant trois ans, vous ne pouvez pas obtenir ce titre. Vous devez entrer dans le programme de maîtrise en deux ans. Le processus de candidature au master est long et pénible. Il y a surtout beaucoup de candidats ; mais d’un autre côté, il y a très peu de quota. Il existe également un processus de création de fichier sérieux. Votre travail bénévole, curriculum vitae, notes, diplôme, motivation, etc. de nombreux documents sont annexés à ce dossier. Votre dossier doit être solide. En première année, je n’ai pas été acceptée en master ; mais c’est une chose normale. C’est pourquoi j’ai rejoint ces deux programmes.

 

Qu’est-ce qui a déterminé le choix du département?

J’ai toujours été douée pour les relations humaines. Au lycée, j’ai rencontré Egemen Hoca. Nous avons fait environ 4-5 séances. Des tests tels que « À quoi suis-je encline et à quoi ne suis-je pas encline » ont été menés… Enfin, nous avons opté pour la psychologie.

 

Comment s’est passée ta première année à l’université ?

Je n’étais pas seul, j’avais des amis du lycée. C’était facile de s’y habituer. Au début c’était un peu difficile de parler et de se faire des amis dans la vie de tous les jours en France ; mais ensuite ça s’est bien passé.

 

Que voudriez-vous dire aux lycéens sur le point d’obtenir leur diplôme?

Ma vie au lycée était bonne en termes d’école, de professeurs et d’amis. Laissez-vous vous développer autant que vous le pouvez, ce sera très bénéfique à l’avenir. Laissez-vous réfléchir à ce que vous aimez faire dans leurs choix universitaires. Ce processus a progressé en me découvrant. Il ne faut pas l’oublier : Bien que ce soit difficile, l’eau trouve toujours son chemin.

X