Fermer
pour faire une recherche, entrer au moins un mot
haut de page

"Et puis, ceux qui sont intéressés par les sciences peuvent aussi être sociables. Il faut se débarrasser de ces préjugés. Ce processus nous pousse à devenir multidimensionnelle."

Entretien avec l’équipe SPARC – 2ème partie

Dans la première partie de cet entretien, les membres de la famille SPARC 5665, l'équipe de robotique de notre lycée, Beste, Ali Emre, Ramazan et Ilgar nous ont initié au fonctionnement et aux projets de ce club. Dans cette seconde partie, on continue à explorer leurs différents projets.

Dans la première partie de cet entretien, les membres de la famille SPARC 5665, l'équipe de robotique de notre lycée, Beste, Ali Emre, Ramazan et Ilgar nous ont initié au fonctionnement et aux projets de ce club. Dans cette seconde partie, on continue à explorer leurs différents projets.

Quels sont vos projets en cours?

Ilgar – Notre projet sur l’Afrique est un projet qui pourrait changer le monde. En 2018, quand nous sommes allés à New York participer à la compétition, nous avons entendu parler d’une association qui promeut la construction de villages intelligents en Afrique. Un “village intelligent” est un village qui développe ses infrastructures en eau et en électricité ainsi que son agriculture et l’éducation. Nous nous sommes portés bénévoles pour collaborer avec l’un de ces villages. La première année, nous avons réussi à financer et à faire construire les panneaux solaires du village. La deuxième année, l’année dernière, nous avons financé la construction d’un puits. Cet effort n’a pas de fin car le projet a besoin de beaucoup de financement. Tous les ans, l’argent que nous récoltons est transféré à cette association qui aide le village en notre nom. Nous avons ce budget grâce aux kermesses et aux loteries des fêtes de fin d’année.

Beste – En raison de la pandémie, le processus a changé. Nous continuons à discuter de ce projet et de faire des plans à travers les diffusions Twitch. Là-bas, ils produisent du thé. Nous avons décidé de soutenir cette production. Nous ne savons pas encore quand nous pouvons réaliser cela. Nous sommes encore en contact pour réaliser le projet. Par ailleurs, nous avons participé à un concours en ligne. A Izmir, nous avons reçu le prix de l’entrepreunariat. Cela nous a beaucoup motivés.

Ilgar – Cette nouvelle année, nous commençons nos diffusions Twitch. Nous participerons aussi à des tournois. Cette année, nous souhaitons parler de sujets plus spécifiques. Et nous avons encore un autre projet que nous ne rendons pas encore public. C’est un projet secret. 

Quels sont vos plans pour l’université? Est-ce que vous allez continuer d’inclure la robotique dans la vie étudiante?

Ilgar – Ma carrière va progresser dans le domaine de la mécanique. Mais je ne souhaite pas que les élèves pensent que le club est réservé à ce type de profil, puisque nous avons des responsabilités à confier à tous ceux qui sont bons dans leur domaine. Nous souhaitons que nos membres trouvent le domaine qui les intéresse et qu’ils travaillent là-dessus. Nous avons des liens forts avec les diplômés. Nous avons gardé contact avec des anciens du Lycée pour leur demander leur avis. Et moi aussi, je vais continuer à être le mentor du Club, quand je serai diplômé du lycée.

Beste – Pour les projets de notre club, il faut trouver des sponsors, écrire des mails, faire des interviews etc. C’est en rapport avec d’autres domaines que le robotique. Et puis, ceux qui sont intéressés par les sciences peuvent aussi être sociables. Il faut se débarrasser de ces préjugés. Ce processus nous pousse à devenir multidimensionnelle. Par exemple, la mécanique ou le coding ne m’intéressent pas. Je voudrais faire des études au Conservatoire en Angleterre, pour étudier la comédie musicale. 

Ali Emre – Moi j’ai toujours été attiré par la mécanique, j’aime ce domaine. C’est pourquoi je voudrais faire des études de génie mécanique en Italie. C’est l’université où Ilgar va étudier : la Polytechnique de Turin.

Ramazan – Moi, je voudrais étudier le génie mécanique à l’Université d’Ottawa.

Qui peut être candidat à ce club? 

Ilgar – Etre prêt à travailler avec discipline. Assumer sa mission. Etre capable d’abnégation. Nous ne sélectionnons pas les personnes en fonction de leurs connaissances. Par exemple, nous construisons les robots dans des ateliers où se trouvent des machines lourdes, et parfois les réunions durent deux heures. Il faut aimer travailler, c’est cela qu’on comprend quand on dit abnégation. Nous recevons les candidatures pendant l’été car nous voulons lancer les projets avant la rentrée. Toutes les personnes qui semblent susceptibles d’intégrer le Club passent aussi un entretien pour voir s’il est vraiment intéressé, actif, sociable, s’il a le sens de l’initiative…

Ramazan – On se demande aussi si le candidat est motivé.

X