Close
Tapez au moins 1 caractère à rechercher
Back to top

Commémoration d’Atatürk le 10 novembre

Concours d’écriture épistolaire Notre éleve Ege Bora de Hazırlık D a participé au concours d’écriture épistolaire organisé par la Préfecture d’Istanbul dans le cadre de la commémoration d’Atatürk, et son texte a reçu le troisième prix parmi tous les textes du niveau secondaire. Nous publions ici la traduction en français de la lettre qu’il adresse à Atatürk.

“Cher Atatürk,

Je vais commencer ma lettre avec tes paroles : “Me voir, n’est pas voir seulement mon visage. Si vous comprenez mes idées, mes sentiments et vous les ressentez, cela suffit.”

Oui, je ne t’ai jamais rencontré, mais en écoutant ces paroles, j’ai ressenti ta présence comme si je t’avais rencontré. J’ai lu des livres, j’ai regardé des documentaires sur toi. J’ai essayé de te comprendre. J’ai compris que l’épopée de notre nation que tu as réalisée est magnifique, en lisant l’histoire avec admiration. J’ai appris les révolutions que tu as accomplies pour notre nation. J’ai vu que les droits que tu as donnés aux femmes turques, n’étaient approximativement pas donnés encore à aucune femmes chez les autres nations, à cette époque. Tu as respecté la volonté du peuple, tu as proclamé la république. Nous avons le droit de parole sur le gouvernement. Tu as dit : “L’une des veines de la vie se brise si une nation manque d’art”. Tu as donné de l’importance à l’art, tu as fait plusieurs révolutions innovantes dans ce domaine. Nous, la nation turque, comprenons mieux ta valeur en voyant tes révolutions.

Je veux finir ma lettre avec tes paroles, comme je l’avais fait au début : “Un jour, mon corps qui n’a aucune importance, deviendra un morceau de terre mais la république est immortelle.”

Affectueusement,
Un élève turc d’İstanbul”

daha fazla +
X