Fermer
pour faire une recherche, entrer au moins un mot
haut de page

"Çanakkale, c'est la préface de la République" Fazıl Hüsnü Dağlarca

18 MARS : COMMÉMORATION DE LA VICTOIRE DE ÇANAKKALE

La Victoire de Çanakkale ; c'est le résultat d'une lutte honorable avec l'esprit d'indépendance, de liberté, de fraternité et d'unité. Notre nation, avec sa ferme croyance en l'indépendance, a presque inversé le cours de l'histoire en repoussant les envahisseurs impérialistes avec la prévoyance militaire et le génie aiguisé du grand dirigeant Atatürk.

La Victoire de Çanakkale ; c'est le résultat d'une lutte honorable avec l'esprit d'indépendance, de liberté, de fraternité et d'unité. Notre nation, avec sa ferme croyance en l'indépendance, a presque inversé le cours de l'histoire en repoussant les envahisseurs impérialistes avec la prévoyance militaire et le génie aiguisé du grand dirigeant Atatürk.

Çanakkale est un « front monumental » qui rappellera à jamais à quel point la nation turque est déterminée et héroïque en matière d’indépendance et de liberté. Alors que les héros méconnus de Çanakkale couraient vers Çanakkale de tous les coins du pays, ils n’ont jamais pensé à revenir, et ils ont dûment rempli leur devoir en protégeant l’honneur et la dignité d’une nation de la meilleure façon possible. En remportant la Victoire de Çanakkale, ils ont également assuré la poursuite de l’existence de la nation turque en Anatolie.

Çanakkale est le symbole de l’indépendance et de la liberté de la nation turque. Nos soldats, qui ont écrit une épopée distincte dans chaque tranchée, ont enregistré la phrase  » Çanakkale est impénétrable ! » à la fin de cette victoire. L’armée turque a habilement utilisé ses tactiques de guerre supérieures avec sa croyance en l’indépendance contre une puissance supérieure en termes d’armement. Dans l’histoire de la guerre mondiale, Çanakkale est le seul endroit dont les combattants se souviennent avec respect. Çanakkale est le nom d’une guerre qui n’a pas été vue et ne sera vue nulle part dans le monde.

La guerre des Dardanelles est la défense de la patrie. Mustafa Kemal Atatürk a dit ce qui suit pour ceux qui savent que la patrie est le plus grand honneur, qui n’ont jamais pensé à revenir quand ils sont allés à la guerre, et ceux qui ont donné leur vie sans hésiter pour laisser cette patrie à leurs enfants :

« Ils ont volontairement sacrifié leur vie pour la terre sainte de la patrie, ils ont changé le sort des guerres des Dardanelles. Chaque seconde qui passe ici, chaque instant, chaque soldat qui est mort, a marqué le sort de la patrie et de la nation turques. Le 57e Régiment, la première unité qui a participé aux guerres terrestres, a été inspiré par l’amour de la patrie. Il a montré à l’humanité ce qu’est la patrie. Je commémore ces héros avec admiration, gratitude et miséricorde. »

Anafartalar…

Le mot Anafarta est utilisé dans le dialecte local pour signifier « contre le vent, très venteux ». Mustafa Kemal Atatürk a dit « STOP ! » au vent de l’impérialisme sur le front d’Anafartalar, le troisième front de la guerre des Dardanelles. Il est entré dans l’histoire comme le « Héros d’Anafartalar ». L’intervention de Mustafa Kemal Atatürk, qui a également servi à Conkbayırı et Arıburnu dans cette guerre, à Conkbayırı le premier jour du débarquement, et les fonctions qu’il a assumées dans les dernières étapes de la guerre, ont révélé ses capacités militaires. À propos de ces réalisations extraordinaires, qui occupent une grande place dans l’histoire de la guerre, Aspinal Oglander a écrit ce qui suit à propos de Mustafa Kemal Atatürk dans son ouvrage « L’histoire officielle de la campagne de Çanakkale en Angleterre »:

« … Il est rare dans l’histoire qu’un commandant de division puisse gagner une guerre, ou même une victoire de grandeur qui changera le destin d’une nation, par ses actions en trois endroits distincts. » (pp. 250-251)

À l’occasion du 107e anniversaire de notre victoire de Çanakkale, nous commémorons, avec gratitude et respect, tous nos martyrs et vétérans, en particulier Gazi Mustafa Kemal Atatürk, qui a fait de ces terres notre patrie.

X