Fermer
pour faire une recherche, entrer au moins un mot
haut de page

Commémorer et Comprendre Atatürk

Nous commémorons avec respect et nostalgie le fondateur de la République de Turquie, le grand intellectuel, le soldat, l'homme politique, le leader révolutionnaire, le grand Mustafa Kemal Atatürk, au 83e anniversaire de sa disparition.

Nous commémorons avec respect et nostalgie le fondateur de la République de Turquie, le grand intellectuel, le soldat, l'homme politique, le leader révolutionnaire, le grand Mustafa Kemal Atatürk, au 83e anniversaire de sa disparition.

Il n’est pas possible d’exprimer avec des mots le sens profond du nom Mustafa Kemal Atatürk. Avec ses principes et ses réformes, il éclaire notre chemin et met en lumière nos objectifs. Ainsi a-t-il dit :« Mon humble corps deviendra sûrement un jour de la terre. Cependant, la République de Turquie est éternelle. »

Atatürk n’a eu aucun doute sur la solidité des principes qu’il a énoncés et sur la façon dont ces valeurs guideraient la nation turque. Aujourd’hui, demain et toujours, des générations modernes et éclairées continueront à progresser en comprenant les principes libres, laïcs et démocratiques établis par Mustafa Kemal.

Madame Ridé s’est ainsi exprimée dans son discours :

« Car Mustafa Kemal, avant même que de devenir Atatürk, est parmi ceux qui ont cru à l’impossible avant tous. Alors que l’Empire Ottoman tombait en ruines, ses appels à la résistance trouvaient peu d’échos. Et pourtant, l’intelligence, le courage et la lucidité de cet homme fort de ses convictions, ont fini par triompher. (…) 

Or, ce chef de guerre devenu président de la 1ère République de Turquie et que nous commémorons aujourd’hui refusait d’accepter l’inacceptable. Parce qu’il aspirait à un monde pacifié, il refusait de fermer les yeux et de se taire face à ce qui se déroulait sous les yeux de tous. Il est resté debout, porté par ses valeurs. Entre le facile et le juste, il a choisi le juste pour que la liberté de tous et la dignité de chacun ne soient pas confisquées et que la nation puisse advenir.”

Parmi les leaders du siècle où il a vécu, ce qui le rend différent des autres, c’est un leader qui n’a jamais perdu sa modernité. Pour cette raison, bien que près d’un siècle se soit écoulé, nous ne commémorons pas Mustafa Kemal Atatürk seulement en paroles. Nous nous accrochons encore aux idées et aux révolutions dans tous les aspects de la vie. Nous savons qu’il est de notre devoir de le comprendre et de lui donner un sens.

Aimer Atatürk signifie comprendre la philosophie des Lumières d’Atatürk et entreprendre la tâche de poursuivre ses révolutions sans interruption. En ce sens, il y a de nombreuses raisons d’aimer Atatürk. La principale de ces raisons est qu’il a été le chef de notre guerre d’indépendance et le fondateur de notre République.

Comprendre correctement Atatürk devrait être notre seul objectif. Il n’est ni juste un vétéran, le protagoniste de notre « guerre nationale d’indépendance », ni « Musfafa » chassant les corbeaux dans la ferme de son oncle, pas seulement « Kemal » qui a fondé la République turque, ni « Atatürk » qui a ouvert la voie pour sa nation à un monde civilisé.

En raison de ces caractéristiques uniques, le véritable kémalisme consiste à comprendre, vivre et maintenir vivants son identité, ses pensées, ses principes et ses œuvres.

Madame Minâ a ensuite pris la parole :

“Nous commémorons Mustafa Kemal ATATÜRK, le fondateur de notre République et le créateur de nos révolutions, Atatürk l’homme, Atatürk l’officier, Atatürk le diplomate, Atatürk le vétéran, celui qui aime l’art et la culture, et dont le visage est toujours tourné vers la lumière, le soleil. Nous commémorons Atatürk, le vrai homme d’État, le vrai président, le vrai commandant en chef, qui a transformé notre pays en un État plus moderne, et nous le commémorons, avec nostalgie et avec gratitude, comme chaque année. »

En tant que nation turque, nous commémorons une fois de plus le fondateur de notre République, l’architecte de notre indépendance, Mustafa Kemal Atatürk, à qui nous avons fait nos adieux pour l’éternité le 10 novembre 1938.

X