Fermer
pour faire une recherche, entrer au moins un mot
haut de page

Retour sur le 14ème symposium de culture et de littérature

Le "Symposium de culture et de littérature" sous le thème de "littérature et l’humour" ainsi que la remise de prix du meilleur article sur le thème "lire, comprendre et raconter Aziz Nesin" a eu lieu le samedi 1er avril au Lycée Sainte Pulchérie. A cette occasion des célébrités du monde de la littérature et de l’humour se sont réunies sous le toit de notre lycée.

Dans le programme de la journée, Prof. Dr. Muharrem Kaya parlé des “Contes de Nasreddin Hodja dans le contexte des théories de l’humour”, Cihan Demirci de “Pourquoi l’humour est l’enfant perdu de la littérature ?”, Metin Üstündağ de “L’humour et la littérature d’hier et d’aujourd’hui”, Zeynep Oral de “Notre dette envers Aziz Nesin”, Vedat Özdemiroğlu de “Les critères du bon vouloir de sa majesté”, Ezel Akay de “L’âge d’or des contes”, Hasibe Eren de “Sur l’humour”.

M. Alexandre Abellan, Directeur du lycée, à la fin de son discours d’inauguration tout en soulignant l’importance de l’humour s’est exprimé dans ces termes : “Une société, une politique sans humour est une société, une politique sans avenir. “

Veuillez trouver des extraits tirés de leurs discours :

M. KAYA : “L’humour et le rire ne sont pas considérés bien dans les sociétés occidentales et orientales car ils provoquent une remise en question du pouvoir. Mais en fin de compte c’est très humain. Tout au long de l’histoire le rire est considéré comme une action de désordre. L’humour se forme à partir d’une compréhension culturelle différente dans chaque société. ”

C. DEMİRCİ : Aziz Nesin nous avez averti en disant “faites attention les enfants, il y a une ligne très mince entre les humoristes et les fous. Ne franchissez pas cette ligne”.
La différence entre un fou et un humoriste est que le fou n’est pas conscient du fait qu’il est fou. Pourtant l’humoriste en est conscient et il écrit ou dessine sans que les gens aperçoivent cette folie.

M. ÜSTÜNDAĞ : “Tous les arts représentent une forme. L’humour est la structure destructrice qui est au dessus de toutes les formes. C’est pour cela que l’humour est considéré comme le fils adoptif de la littérature. Les arts créent une structure. L’humour la perturbe. L’humour réussi autant qu’il perturbe cette structure. Les gens n’oublient pas ce qu’ils ont appris lorsqu’ils pleurent et en rient.

Z. ORAL : Pour Aziz Nesin l’humour était un outil. Un outil qui a une utilité pour la société. La fonction de l’humour est pour lui celle de pousser le lecteur à réfléchir en le faisant rire ; de lui donner l’envie de changer le monde tout en révélant les problèmes de la société.

V. ÖZDEMİROĞLU : Je considère les mots comme des objets. Une fois que les mots sortent de ma bouche et deviennent des sons, ils sont devenus des matériaux et ont un effet sur notre chimie. Comme l’esprit est l’âme, le spirituel a le même lien avec l’esprit. L’esprit est l’âme du mot et il n’est pas nécessairement drôle.

E. AKAY : Pendant la période de la guerre, une vielle dame fait la queue pendant 6 heures tous les jours pour acheter du pain. Quand c’est son tour elle dit ’Aa je n’ai plus d’argent’. Celui qui est derrière lui finit par lui demander ’Mais madame pourquoi vous faites la queue tous les jours si vous n’avez pas d’argent ?’ Elle lui répond : “Si je ne dis pas que je n’ai pas d’argent, qui va savoir que je n’ai pas d’argent.” Aziz Nesin était quelqu’un qui faisait de l’humour amer.

H. EREN : Ça m’a plaisir d’entendre que Sıdıka a influencé beaucoup de jeunes. Sıdıka est une femme qui a été élevéE par sa famille pour être mariée mais pourtant c’est quelqu’un qui a beaucoup de choses à dire. C’est un personnage spécial écrit pour les femmes turques.

Mme Minâ Akcen, Directrice adjointe turque s’est exprimée ainsi pendant la remise des prix des articles : “Aziz Nesin qui a donné vie aux personnages et qui a donné la parole à ces personnages de tous les milieux sociaux est un écrivain qui a su combiner les événements amers, doux, drôles, tragiques avec son propre style d’écriture.”

Les gagnants du concours d’écriture d’articles sur le thème “lire, comprendre et raconter Aziz Nesin” sont :

1er prix : İren Azra Coşkun du Lycée privé Üsküdar Amerikan
2ème prix : Deniz Turan du Lycée Türk Eğitim Vakfı İnanç Türkeş
3ème prix : Nilsu Yıldız du Lycée Erenköy et Elif Erzincan du Lycée Üsküdar.

Le symposium s’est clos avec un cocktail.

Nous remercions les participants de tout notre cœur.

en savoir+
X