Fermer
pour faire une recherche, entrer au moins un mot
haut de page

"Herkes farklı şekilde ilerliyor, bunu bilip kendine dönmelisin!"

En direct des facs: Ayşenur, étudiante en journalisme à l’université Galatasaray

Ayşenur Müslümanoğlu, a été diplômée de notre lycée en 2016. Juste avant notre entretien, Ayşenur a reçu sa licence au département de journalisme de l'université de Galatasaray et également du programme de double diplôme avec l'université de Bordeaux. Elle nous a raconté les moments importants de toute sa vie universitaire.

Ayşenur Müslümanoğlu, a été diplômée de notre lycée en 2016. Juste avant notre entretien, Ayşenur a reçu sa licence au département de journalisme de l'université de Galatasaray et également du programme de double diplôme avec l'université de Bordeaux. Elle nous a raconté les moments importants de toute sa vie universitaire.

Quel genre d’élève étais-tu au lycée ?

Au lycée, j’avais une grande passion pour la lecture. Aussi, j’écrivais et montrais ce que j’écrivais à mes professeurs. En tant que département, j’ai toujours eu en tête le département de la communication, au cas où cela aurait un lien avec les livres.

 

Si tu pouvais résumer tes années à l’université, que nous dirais-tu ?

Je n’étais pas une élève avec un très bon français. J’ai eu une bonne progression au lycée. Au département de communication de GSÜ, il n’y avait pas de cours de français intensif comme au lycée. L’une des meilleures choses que cet établissement m’a apporté, ce sont mes amis. En fait, mes amis de Sainte Pulchérie ont toujours existé tout au long de ma vie dans cette université. J’ai passé quatre années très agréables.

 

Comment as-tu vécu la période de pandémie ?

Cela a coïncidé avec le processus de rédaction de mon mémoire de fin d’études. Rester à la maison était impérieux ; Mais cela m’a aussi aidé à écrire. Nos professeurs ont agi selon le moral et la motivation de chacun d’entre nous. Certains cours sont devenus plus agréables, nous avons davantage communiqué avec certains professeurs…

 

Quel message souhaites-tu passer aux lycéens actuels ?

Par exemple, j’aurais voulu dire à moi-même lycéenne : « connais-toi toi-même ! » Mais ce n’était pas possible à l’époque. J’ai vu que tout le monde ne bouge pas au même rythme de la même manière. Il est important de réaliser que les histoires de réussite commencent avant. Comment les autres personnes s’y rendaient-elles avant de se poser, pas comment elles voyageaient ou où elles vivaient, etc. Ces questions doivent être posées. Ensuite, vous devez les apprendre, vous préparer en conséquence et essayer de les mesurer. Tout le monde progresse différemment, sachez-le, connaissez-vous vous-mêmes !

partage l’article
X